Il y a actuellement 1 visiteur sur 127459 passés sur le site.
Login   Password   
Menu du site
Menu du site
Menu du site
Haut de page Haut
. : :

Cas de Barret

: : .

Livres

 : :
L

Cas de Barret

 : :
par  Squalionheart -

. : : Les Chapitres du Cas de Barret : : .

Barret - Episode 1

Plusieurs mois se sont écoulés depuis ce jour, ce jour si particulier. Après avoir aidé Tifa et Clad à construire leur maison, Barret et sa fille adoptive, la fille de son meilleur ami défunt, décidèrent de partir pour un grand voyage. Un voyage pour faire face à de vieilles blessures. Avant leur départ, il teint un discours à Tifa qui ressentait les mêmes amertumes. "Ne laisse pas les choses prendre le dessus. Montre que tu as changé."
Il pensait que si elle faisait cette même démarche, elle trouverait enfin sa rédemption. Mais ses propres mots lui semblaient vides, et Barret n'avait toujours pas la certitude de ce qu'il devait faire. Même si être avec Marlène lui apportait la paix de l'esprit, il se sentait néanmoins coupable de laisser tout ce qu'il était en train de faire, ne serait-ce qu'un jour. Mais il savait qu'il devait partir même s'il n'avait pas réellement d'objectif clair et précis. Mettre de l'espace entre lui et ceux qui lui rappelaient son passé, affronter seul ses péchés. Ce fut un départ bref.

Pendant 6 mois, il parcourut le monde. En dehors du problème du Geostigma, la vie à l'extérieur de Midgar avait repris un cours à peu près normal. La différence est qu'il était devenu bien plus dur à tout le monde d'utiliser le mako. Plus un seul réacteur n'était en fonction. Au début, cela aurait pu être considéré comme une victoire pour Barret et le groupe anti-Shin-Ra mais le sentiment d'avoir été abandonné dépassa tout autre sentiment de satisfaction. Il n'y avait pas de place pour un homme avec un canon attaché au bras à moins d'être au milieu d'une bataille et du chaos.
Où puis-je aller pour expier mes fautes ?
Il se sentait abandonné.

Parfois, il explorait les forêts en quête de combats, battre quelques monstres qui l'attaquaient, mais tous ces combats n'étaient qu'un prétexte à manifester sa haine.
Tout ce que je tue, c'est mon stress.
Et à chaque fois Barret laissait s'échapper un râle de mécontentement.
"Rrraaahhhhhh!"


*****************************


Alors qu'il marchait sur les hauteurs de Junon, un incident arriva. Quelque chose heurta son bras droit mécanique et lorsqu'il baissa le regard, il découvrit un jeune garçon en larmes, la tête en sang. Barret voulu examiner la blessure mais une femme qui devait être la mère du jeune garçon apparu et dit :
"S'il vous plait, pardonnez-le. Par pitié, je suis désolée. Je ferai n'importe quoi pour nous excuser."
Alors qu'elle parlait, ses yeux n'avaient pas quitté l'arme de Barret. Même en temps de paix, je reste un monstre, pensa-t-il. Mais les choses évoluaient. Il devait mettre à profit cette nouvelle période de calme et, même s'il n'en était pas tout à fait sûr, il savait que c'était à lui de changer en premier.
Barret rendit visite au vieux Sakaki, un artisan qui lui avait fabriqué une prothèse pour son bras. Le premier modèle était d'un design très simple, avec un crochet à son bout. Barret n'en fut pas satisfait. Il avait voulu plus. En fouillant partout, le vieil homme lui fabriqua un bras pelle, un bras marteau et tout plein d'autres modèles. A nouveau, Barret ne fut satisfait par aucun d'eux. Un jour, le vieil homme, faisant face à un Barret visiblement déçu, lui dit "Ta tête est remplie d'idées de vengeance contre la Shin-Ra. Tu ne seras jamais satisfait par tous les bras que je pourrais te faire. Prends ça et ne reviens pas."
Ce que lui donna le vieux Sakaki était un adaptateur qui permettrait à Barret d'attacher différentes prothèses ou armes à son bras droit.
"Ce que tu y attacheras dépendra de toi. Réfléchis bien."
Malgré les recommandations du vieil homme, Barret n'avait eu qu'une idée. Les jours suivants, il chercha différents types d'armes qu'il pouvait monter sur son bras et à augmenter sa puissance de feu.

Pour les années qui suivirent, la seule chose qu'il attacha à son bras droit fut une arme.

Quand Barret retourna au magasin, il demanda au vieil homme de lui faire un nouveau bras, souple au touché et avec une main au bout. Un bras que plus personne ne craindrait. Un bras qui lui permettrait d'avoir une vie normale. Le vieil homme renifla et fixa Barret.
"Je ne fais pas que me battre, j'veux plus faire peur aux gens."
"Alors, qui essayes-tu d'être ?"
"Comme je l'ai dit...", débuta-t-il, puis il chercha en lui les mots mais il se rendit compte qu'il ne les trouvait pas.
Qui est-ce que j'essaye de devenir dans un monde où les gens apprennent à sourire de nouveau ?
"Merde, ce n'est pas ton affaire..."


*****************************


"J'ai besoin d'une semaine. Ok ?"
"Parfait. Pendant que tu fais ça, je..."
"Si tu n'as pas d'autre plan", interrompit le vieil homme, "pourquoi n'aides-tu pas mon neveu à finir son travail ? Et en échange... Hm."
"Oublie ça, je n'ai pas besoin de récompense !"
"Ok !"


*****************************


Le jour suivant, Barret était au volant d'un camion. Le neveu du vieux Sakaki était chauffeur et Barret avait retrouvé dans ce véhicule le même camion que celui de son enfance. Son moteur fonctionnait à partir de la vapeur obtenue par la combustion de charbon.
Il avait récupéré 4 hommes qui travaillaient ensemble au fonctionnent du camion : un conducteur qui s'occupait du volant, un ingénieur qui contrôlait le système et deux gars responsables de la chaudière. A l'arrière de l'énorme camion, un container était attaché et pouvait contenir jusqu'à 10 personnes.
Barret contemplait le ciel. Bon sang, ça va vraiment pas vite, pensa-t-il. Mais ce n'était la faute de personne. Les gros camions à vapeur avaient toujours été comme ça. Tout le monde travaillait aussi dur que possible. Un homme en charge de la chaudière s'installa sur le container pour une petite pause.
"Désolé de rentrer alors que t'es en colère mais je dois me poser un peu."
"Je ne suis pas en colère, ne t'excuse pas."
"Juste énervé que la colère sorte par tous les pores de ta peau."
Barret s'asseya et le fixa : "Et c'est ton problème ?"
"Tu vois que tu es énervé !"
Les deux hommes gardèrent le silence pendant un moment.
"Et tu penses faire garde du corps pour toujours ?"
"Je rends juste service au vieil homme. Je ne sais pas ce que je ferais après."
"Et ça ne te convient pas ?"
"Etre garde du corps ?" Ca ne peut pas mieux convenir à quelqu'un comme moi. "Je n'en sais rien..."
L'homme garda le silence. Barret attendait qu'il continue. De quoi ai-je l'air avec toute cette troupe ?
"Hey, dis ce que tu as à dire mec !" Peut-être que l'homme allait lui donner un indice sur ce qu'il devait faire de sa vie.
"Et selon toi, je suis fais pour quoi ?"
"Au lieu de combattre les monstres qui se trouvent sur ta route, tu as plutôt l'air d'un gars qui va au devant des monstres dans leurs antres pour les exterminer."
"Tu crois ?"
"Même si tu ne sais pas où se trouvent ces monstres", dit l'homme avec un sourire.
"Tu me fais passer pour un idiot !"
"Ce que tu fais n'est pas facile. Peut-être que tu devrais en être fier, hein ?"
Barret regarda l'homme avec d'autres yeux et éclata de rire.
"Eh eh eh !"
Le regard de l'homme devint sérieux.
"Est-ce que je peux te demander quelques conseils ?"
"Ca dépend."
"Je veux me racheter pour mes péchés. C'est pourquoi je suis sur les routes. Mais peu importe le temps qui passe, je n'arrive pas à trouver le moyen de les expier. Je suis probablement le type de personnes que tu as décrit. Comment penses-tu qu'un homme comme moi puisse accéder à la tranquillité de l'esprit ?"
"Ca dépend du péché."
"Un nombre incalculable de personnes sont mortes à cause de moi."
Barret se rappela le moment où il fit exploser le réacteur de Mako numéro 1 avec ses camarades d'Avalanche. Les dommages furent bien au-delà de ce qu'il avait imaginé : La ville sous l'emprise du chaos, ses amis qui continuaient à mourir, les habitants qu'il n'avait jamais connu...
L'homme responsable de la chaudière constata que Barret était tombé dans un profond silence.
"Tu dois juste continuer à te tenir debout et vivre, c'est tout. Et continue à essayer de racheter tes fautes."
"J'avais peur que tu me conseilles ça."
"Alors continue à traquer les monstres même dans leurs tanières. Et peut-être qu'un jour tu t'arrêteras parce que... Hey ! Par ici !"
L'homme pointa l'avant du camion. Un petit mais teigneux monstre les coursait. Barret pointa le bout de son bras droit sur le monstre et tira sans prendre le temps d'ajuster son tir. Le corps de la créature vola en éclats dû à des dizaines de balles tirées à grande vitesse.
"Mauvais temps pour être un monstre aujourd'hui !"
Quand Barret tourna la tête pour rassurer son compagnon, il remarqua que ce dernier avait le regard fixé sur son bras droit. Son regard était le même que celui de la femme à Junon.
Peut être que c'est moi le monstre. "Tu sais mec, la tanière des monstres est peut-être quelque part en moi."
L'homme n'osa pas répondre.

Précédente - Barret - Episode 1 - Suivante
COMPILATION of FINAL FANTASY VII Logo de Final Fantasy VII
Rejoignez-nous
et participez sur Notre
Site gratuitement !
Inscription rapide ci-dessous :
Menu du site
Menu du site
Menu du site
Communauté Avatar
FF7 le roman